Archives

Viva! Art Action 2011

Cette troisième édition de VIVA! Art Action, comprenant cinq soirées d’art action ainsi que plusieurs interventions artistiques hors-les-murs, est le fruit du travail collaboratif de sept centres d’artistes de la région montréalaise. Certains de ces centres ont travaillé à partir d’un appel de dossiers commun pour élaborer une programmation tirant sa cohérence d’éléments de dialogues internes, alors que d’autres ont orienté leur proposition suivant une vision d’un commissaire. La rencontre de ces différentes approches permet un regard unique sur les possibilités éclectiques de l’art action.

De même que pour les éditions précédentes, à la programmation artistique s’ajoute une série d’initiatives conçues pour enrichir l’expérience des artistes et du public et qui sont axées sur la discussion, la réflexion et le partage communautaire. Celles-ci comprennent les éléments récurrents et favorits qui caractérisent VIVA!, ainsi que plusieurs nouvelles initiatives distinguant le festival comme un contexte unique et innovateur pour l’exploration des pratiques de l’art action.

Voir les projets
Voir le calendrier
Lire le blogue 2011

Projets Commissaires

La transmission de Trio A d’Yvonne Rainer :

OBORO, collaborant avec  VIVA! pour la première fois, propose une discussion et une performance qui explorent l’idée de la reconstitution à la fois en tant qu’archive et d’œuvre vivante. Le 9 octobre, la danseuse et chorégraphe américaine Sara Wookey présentera un segment de la pièce Trio A d’Yvonne Rainer – une œuvre clé dans l’histoire de la danse contemporaine. Avant la performance, la commissaire Sarah Watson donnera une conférence intitulée Yvonne Rainer – Performance, Preservation and Pedagogy, pendant laquelle elle analysera le travail d’Yvonne Rainer, son influence sur les pratiques performatives contemporaines et son approche unique de la conservation des œuvres chorégraphiéesLa présentation sera en anglais (traduction disponible) et le discussion sera bilingue.

Yvonne Rainer est une figure clé du mouvement minimaliste en danse des années 1960. Son travail avec la Judson Dance Theater et ses expérimentations avec le mouvement ont défini un nouveau langage du mouvement physique centré sur le geste familier. 

Sarah Watson est commissaire et éducatrice pour les arts. Elle est actuellement candidate au doctorat et enseignante à temps partiel au programme de maîtrise en beaux-arts de l’Université Concordia, à Montréal. Parmi ses projets de commissariat récents, elle compte Stateless Nation, une exposition et un colloque de recherche réalisés en collaboration avec les artistes et architectes Alessandro Petti et Sandi Hilal à Savona, en Italie (2010), ainsi que Survivre au temps, un projet pédagogique et une exposition d’une section des archives des One Year Performances de Tehching Hsieh et des performances filmées de Guido van der Werve à DHC/Art, à Montréal (2009). Entre 1996 et 2006, Watson a enseigné l’histoire de l’art à l’Univeristià degli Studi à Bologne, et elle a mis sur pied et supervisé des programmes publics et éducatifs pour divers établissements artistiques au Canada et en Europe. Elle occupe actuellement le poste de Responsable des activités culturelles au Musée McCord, à Montréal. Ses recherches doctorales traitent de la relation entre les œuvres performatives originales et leur archive.

Performance et son

Le commissaire Mathieu Beauséjour a été invité par Clark à mettre sur pied une programmation tissant des liens conceptuels, poétiques et physiques entre la performance et la musique. Il répond en proposant une œuvre sonore d’endurance de Jon Mueller, présentée le 5 octobre, ainsi qu’un atelier d’une heure qui se tiendra le 6 octobre. Dans le cadre de cet atelier, Jon Mueller guidera les participants alors qu’ils exploreront le processus d’écoute et découvriront comment ce dernier peut avoir une influence bénéfique sur la création, peu importe la discipline. L’atelier sera en anglais.

En réseau

Alors que DARE-DARE exporte ses bureaux (la roulotte!) et son savoir-faire aux États-Unis et au Mexique dans le cadre du projet Satellite, la programmation de DARE-DARE pour VIVA! participe à une mise en perspective des enjeux qui préoccupent le centre d’artistes depuis maintenant 26 ans. Depuis sa fondation, DARE-DARE favorise les pratiques multidisciplinaires et réfléchit aux différents contextes de diffusion de l’art dans l’espace public (et plus particulièrement avec le projet Dis/location amorcé en 2004). Par ce retour en arrière, qui permet d’arrimer le présent et le contexte dans lequel s’inscrit le centre, DARE-DARE souhaite créer une rencontre avec des artistes qui ont marqué, par leurs idées et leur vision, le centre d’artistes DARE-DARE à travers son histoire.

Les artistes de cette programmation sont Marie-Suzanne Désilets et Nadège Grebmeier Forget. La pratique de ces artistes s’ancre dans la rencontre de l’Autre en privilégiant les échanges, l’investigation du quotidien et l’infiltration dans différents lieux tant privé que public. Dans le contexte particulier du festival, les artistes ont été invitées à explorer différentes méthodes de séduction, que ce soit de manière virtuelle ou réelle. Par des mises en scène de soi, les artistes créent des actions/situations parfois drôles, sensuelles ou carrément embarrassantes autant pour elles que pour le public. Non sans référer au phénomène des webcams, les artistes manifestent un désir de s’exposer en étant fortement conscientes de leur image, de ce qu’elles veulent bien montrer ou cacher. L’importance des apparences, ce qui reste en surface comme un jeu de miroir, prend forme concrètement par une projection vidéo, un dessin ou un baiser. Le public, mis à l’écart ou partie prenante de l’action, se retrouve un peu voyeur et acteur malgré lui.

Manon Tourigny est historienne de l’art, commissaire et auteure. Elle s’intéresse à la vidéo, aux arts médiatiques, à la photographie et aux pratiques hybrides. Elle a publié de nombreux articles dans les revues Ciné-bulles et esse arts + opinions, en plus de rédiger des opuscules pour différents organismes (centres d’artistes, centres d’exposition et musées). Depuis plusieurs années, elle s’implique activement dans le milieu des arts visuels, notamment au centre d’artistes dare-dare et à VIVA! Art action où elle siège au sein du conseil d’administration. Elle travaille actuellement au Centre d’art et de diffusion CLARK. 

Projet d’échange AGAVF/VIVA!

VIVA! est fier de s’associer, pour une deuxième édition, à l’Association des groupes en arts visuels francophones (AGAVF) pour permettre la circulation d’œuvres performatives à travers le Canada. Pour la première partie de cet échange, VIVA! invite Stefan St-Laurent (ON) et Amanda Dawn Christie (NB) à présenter leur travail à la communauté montréalaise. Suite au festival, une sélection d’artistes québécois ayant participé à VIVA! – karen elaine spencer (2011), Noémi McComber (2011), Rachel Echenberg (2006,2011), Paul Couillard (2009) et Dominique Pétrin (2009)- se déplaceront vers des centres d’artistes canadiens membres de l’AGAVF, et qui, en tant que tels, favorisent les rencontres entre les artistes francophones de l’ensemble du Canada.

               

Les commentaires sont fermés.