Artistes

  • John G. Boehme
    Colombie britannique
    http://johngboehme.weebly.com/
    Sevré dans le vent et la mer de La Jolla, en Californie, John G. Boehme est un pur produit des pensionnats et un diplômé de la Army and Navy Academy. De nature transdisciplinaire, son plus récent travail emploie souvent la performance, la vidéo, le son et des objets de manière simultanée. Il s'inspire des observations de l’artiste sur les compulsions les plus obscures de la société occidentale : la performance du genre (en particulier de la masculinité), la valorisation du travail, la poursuite des loisirs et le maintient de l’ordre dans les relations amicales. Au cours des vingt-cinq dernières années, John a beaucoup exposé à l'échelle nationale et internationale, notamment en Europe, à Singapour, en Chine, en Australie, au Chili, en Argentine, au Mexique et aux États-Unis. Il a reçu des bourses de plusieurs institutions dont le Conseil des arts de la Colombie-Britannique, les offices Inter-arts et Arts visuels du Conseil des Arts du Canada, la bourse de la Fondation Tenot en France et le ministère des Affaires étrangères et du Commerce international. John enseigne actuellement la céramique, la sculpture et la performance au Département des arts visuels du Victoria's Camosun College. L'artiste tient à remercier le Conseil des arts du Canada pour leur appui.
    VIVA!
    Clapping
    2013
    LIVE Biennale
  • Ianna Book
    Quebec
    http://www.iannabook.com
    Ianna book est une artiste trans multidisciplinaire qui vit et travaille à Montréal, QC, Canada. Elle a étudié en arts plastiques au Cégep du Vieux-Montréal (1997-2000) ainsi qu'en arts visuels et médiatiques à l'Université du Québec à Montréal (2001-2005). Elle a travaillé comme designer graphique et illustratrice éditoriale. Sa recherche s’inscrit dans une esthétique critique remettant en question les normes du paysage et de l’immobilisme conservateur pour donner place à de nouveaux éléments culturels. En réaménageant le décor et divers aspects du spectacle, elle pousse aussi le spectateur à se questionner sur ses propres conditions et à se rappeler qu’il est un acteur social pouvant progresser. Book a fait de commissarait de Trans Time, une exposition internationale d'artistes trans, présentée à Montréal (2014) et à Paris (2016). Elle s'est aussi mérité une exposition solo au Leslie & Lohman Museum of Gay and Lesbian Art à New York au printemps 2016.
    La Centrale
    Resilience (#1)
    2017
    Ianna Book
  • kimura byol-nathalie lemoine
    Électron libre
    http://starkimproject.com/
    kimura byol-nathalie lemoine est un.e artiste féministe, conceptuel.le, et multimédia dont les thèmes privilégiés sont les identités (la diaspora, l’ethnicité, le colorisme, le post-colonialisme, l’immigration, les genres) et l’exprime par la calligraphie, la peinture, les images manipulées, la poésie, la vidéo et la photographie. Son travail a été exposé, projeté et publié internationalement. Comme commissaire, yel.le développe des projets donnant la voix et la visibilité aux minorités, et continue son travail de militant.e en documentant les archives de l’histoire des adopté.e.s (à l’étranger) dans les médias et les arts sur le site ACA (les archives culturelles des adopté.e.s). Yel.le est récipiendaire d’une bourse d’Accompagnement 2014-2015 de Montréal Arts Interculturel et d’une bourse Vivacité 2015 du Conseil des Arts de Montréal ainsi que du Prix PowerHouse 2016 de la galerie La Centrale.
    VIVA!
    Back Me
    2006
    Impression sur papier photo
    [caption id="attachment_190" align="alignnone" width="1772"] kimura byol-nathalie lemoine, Back Me, 2006. Print on photo paper.[/caption]
  • Sarah Chouinard-Poirier
    Québec
    http://sarahchouinard-poirier.blogspot.ca/
    Sarah Chouinard-Poirier est une artiste multidisciplinaire et une travailleuse culturelle et communautaire basée à Montréal. Dans ses travaux, elle élabore des performances où la présence, le geste, la parole, l’objet et parfois les technologies concourent à créer une mythologie féministe et résistante. Ses recherches actuelles se situent au niveau du corps et de son écriture dans l’espace, de la narrativité de l’action et de l’image et de la parole-action. Elle s’intéresse aux pratiques relationnelles, à l’éthique du soin et à la transmission et la réappropriation des récits par les personnes et les communautés.
    VIVA!
    BREAK !
    2016
    Francis O’shaughnessy
  • Roberto de la Torre
    Mexique
    http://www.robertodelatorre.com/
    Le travail de Roberto de la Torre, établi à Mexico, est souvent développé et produit dans l'espace public à l’aide d’éléments temporaires. Ses actions produisent des sculptures éphémères, des installations, des constructions architecturales et des expériences sensorielles en dialogue avec le site. Elles proposent des moments collaboratifs qui impliquent généralement un grand nombre de participants. En laissant intervenir les traits visibles des objets, leurs effets et leurs possibles relations, les actions de de la Torre révèlent une prise de conscience des conditions formelles et spatiales des lieux où se déploie son travail. De la Torre a étudié les arts visuels à l'école nationale La Esmeralda à Mexico, où il est actuellement professeur. Tout au long de sa carrière, il a reçu de nombreuses bourses et a participé à de multiples festivals d'art au Mexique et à l'étranger. Son travail a été montré dans 17 pays, principalement en Amérique du Nord, en Amérique du Sud, en Europe et en Asie.
    DARE-DARE
    A CIELO ABIERTO / búsqueda, muerte, y resurrección
    2014
    Henry Chan
  • Adriana Disman
    Ontario/Québec
    http://www.adrianadisman.com
    Née à Toronto en 1989, Adriana Disman est créatrice de performances, penseuse et organisatrice. Depuis 2010, elle a présenté son travail dans de nombreux festivals et galeries au Canada, aux États-Unis, en Europe et en Inde. En quête de libération – un état interdépendant jusqu’ici inimaginé – Disman part à la recherche dans sa pratique de modes de résistance mineurs, refusant d'adhérer à la logique du pouvoir. Ses œuvres se déploient souvent sur de longues durées et sont minimales, poétiques et intenses. Elle fait régulièrement appel à l’automutilation pour invoquer l'autonomie corporelle. Son travail est infléchi par son expérience de femme queer tchèque-irakienne et de colonisatrice sur cette terre. Disman a fondé et dirige actuellement depuis son appartement montréalais le Research Centre for Performance Art. Elle a également dirigé la LINK & PIN Performance Art Series à RATS9 Gallery, The School of Making Thinking et la Morni Hill Performance Biennale dans le nord de l'Inde en 2016. Ses écrits sur la performance, publiés dans des contextes académiques et artistiques, sont disponibles sur son site Web.
    Centre d'art et de diffusion CLARK
    Untitled Flight I (Paris)
    2015
    Stefan Brion
  • Andreja Dugandžić
    Bosnie-Herzégovine
    https://andrejadugandzic.wordpress.com/
    Andreja Dugandžić vit à Sarajevo, où elle travaille à l'intersection de la performance, de la poésie, du son et de l'intervention communautaire. À travers son exploration de la vie domestique banale et quotidienne, elle interroge les dimensions socioculturelles et genrées de la nourriture, de la cuisine et du travail ménager et de son économie. La sphère domestique – microcosme révélateur de l’expérience féminine – est donc à la fois le positionnement et le sujet de son travail. Andreja a performé et exposé à travers l'ex-Yougoslavie et l‘Europe, en plus d’avoir collaboré avec de nombreuses artistes et commissaires féministes. De 2007 à 2009, elle a fait partie du légendaire groupe de musique féministe STARKE et, en 2013, de Black Water et Her Daughter. Sa poésie a été publiée dans divers magazines littéraires et portails en ligne. Andreja travaille à l'Association pour la culture et l'art CRVENA en tant que coresponsable des archives numériques sur les luttes antifascistes menées par les femmes en Bosnie-Herzégovine et en Yougoslavie.
    VIVA! and La Centrale
    Cabbage moon
    2017
    Andreja Dugandžić
  • keyon gaskin
    États-Unis
    keyon gaskin préfère ne pas attester de la crédibilité de ses performances pour les conceptualiser. Titre de la performance: this is my performance this is for you you are a community you are my material this is a prison leave when you want...
    Studio 303
    Farrington Starnes
  • Steve Giasson
    Québec
    http://www.stevegiasson.com
    Steve Giasson est un artiste conceptuel qui utilise une grande variété de formes et de médiums afin de transgresser les genres et d’interroger leurs limites. Les notions romantiques d’authenticité, d’autorité et d’originalité sont, chez lui, mises à mal, dans une pratique engagée qui ne ménage ni les emprunts à la vie quotidienne, ni les références à l’histoire de l’art – entre hommage et outrage – dans un effort de démythification du processus créateur et de la figure de l’artiste. Il compte 20 publications à son actif et il poursuit actuellement un doctorat en Études et pratiques des arts (UQÀM). Son travail a été présenté au Canada, aux États-Unis, au Mexique et en Europe.
    VIVA!
    Performance invisible No. 53 (Dire toute la vérité et rien que la vérité (pour une journée entière ou pour le reste de ses jours)
    2015
    Martin Vinette
  • Nadia Granados
    Colombie
    http://www.nadiagranados.com
    Nadia Granados est une artiste multimédia colombienne. Son travail utilise l'espace, des objets, le mouvement et le corps, faisant appel à la vidéo, la musique, la pornographie, la magie, l'installation, la performance et l'improvisation. Elle incarne souvent des tropes issus du monde des médias pour les recontextualiser dans une perspective ancrée dans des préoccupations féministes, dans la lutte contre la mondialisation et la mise en lumière du terrorisme d'État. Nadia déploie son travail dans des espaces publics comme la rue et Internet, de même que sur des sites plus traditionnels tels que les théâtres et les galeries. Ses œuvres mettent invariablement de l’avant son corps, dans le but de détoner, d’ouvrir de nouvelles voies d'action et de recadrer les consciences. Son travail a été présenté au Canada, au Venezuela, en Espagne, en Argentine, au Chili, au Costa Rica, au Nicaragua, au Guatemala, en Allemagne, en Slovénie, au Chili, aux États-Unis, en Équateur, en Argentine, au Pérou, au Portugal, au Mexique, en Corée, au Brésil et en Colombie. Titre de la performance: Colombinizacion
    articule
    COLOMBIANIZACIÓN
    2016
    Nadia Granados (autoportrait)
  • Johanna Householder
    États-Unis/Ontario
    http://www.7a-11d.ca
    Johanna Householder produit de la performance, de la danse, de la vidéo et de l'art intermédiatique depuis la fin des années 1970. En travaillant à l'intersection de la culture populaire et impopulaire, elle façonne ses matières premières – des matières pillées – de manière à répondre aux formes qui sont adressées aux masses. Householder met en œuvre sa propre marque de détournement culturel, très souvent en collaboration avec d'autres artistes. Elle a performé récemment à Swan Lake à Victoria en Colombie-Britannique pour la Art Gallery of Greater Victoria, recréé un solo de 1978 pour le Toronto Dance Theatre et présenté Residuals, une soirée dédiée à son travail, à la Art Gallery of Ontario. Active sur la scène internationale, ses expériences de festival favorites ont eu lieu à Performancear o Morir à Norogachi au Mexique, à Live à Gothenberg en Suède, à La Bas à Helsinki en Finlande, ainsi qu’à undisclosed territory sur l’île de Java en Indonésie. Householder est l'une des fondatrices du 7a*11d International Festival of Performance Art. Elle enseigne également la performance et les médias intégrés à l'Université OCAD, où elle est professeur et présidente du département des Pratiques d'art interdisciplinaires.
    Skol
    Untitled (LEGS, TOO)
    2015
    Henry Chan
  • Ursula Johnson
    Territoirre Mi’kmaw (Nouvelle-Écosse)
    http://ursulajohnson.ca/
    Ursula Johnson est une artiste d'ascendance Mi'kmaw qui pratique la performance et l’installation. Ses performances font appel à l’intervention coopérative didactique et sont souvent élaborées spécifiquement pour le lieu qui les accueille. Pour ses performances de longue durée et d’endurance, elle se plonge dans des tâches et des situations laborieuses, qui créent une pression répétitive sur son corps et son esprit, tout en maintenant une tension avec le public. Elle est l'une des cinq artistes en lice pour le Prix Sobey 2017. Dans la langue Mi'kmaw, WEN PEKISINK? est une expression qui interroge l'arrivée d'un.e visiteur.e inattendu.e. Dans le cadre de VIVA!, Ursula invite le public à participer à une performance structurée en cinq actes : L’échange, La préparation, L'arrivée, La visitation ou la vérification de l'histoire et Le départ. À l’issue de l’un des soupers VIVA!, les participant.e.s se verront remettre des costumes, tandis qu’Ursula démarre silencieusement et lentement une performance d'endurance qui marquera le voyage, la visitation et la consommation. Performance title: WEN PEKISINK?
    OBORO
    Basketweaving
    2016
    Kim Anderson
  • Mathieu Lacroix
    Québec
    http://mathieulacroix.jimdo.com/
    Mathieu Lacroix vit et travaille à Montréal. Il détient un Baccalauréat en arts visuels de l’Université du Québec à Montréal. Par ses interventions, le théâtre du commun est, d’une part, mis de l’avant et, d’autre part, perverti par la construction d’une irréalité poétique. On a pu voir son travail récemment au Musée des beaux-arts de Sherbrooke, chez CIRCA Art Actuel et à la Maison de la culture Côte-des-Neiges à Montréal. Il a exposé au Musée des beaux-arts de Mont-Saint-Hilaire à l’occasion de la 5e Biennale du dessin, au Musée d’art contemporain des Laurentides (2014-2013), à la Galerie Tzara à Québec (2012) et au Centre d’exposition du Vieux Presbytère de Saint–Bruno–de–Montarville (2009).
    VIVA!
    Particules d’un récepteur cueilleur (en action)
    2017
    Gabriel Fortin
  • Catherine Lavoie-Marcus
    Québec
    Catherine Lavoie-Marcus s’improvise continuellement et dans des domaines parfois incompatibles. 2009 marque sa première tentative de faire carrière de sa passion pour le mouvement et les mots. Depuis, elle gagne et perd confiance à intervalles réguliers, à Montréal ou ailleurs, toujours bien accompagnée. Elle bifurque à chaque tentative de répondre sincèrement à la question « qu’est-ce qui vaut vraiment la peine? ». La réponse penche souvent du côté de la liberté (de bouger, de poétiser, de réorganiser, de vivre une seconde vie).
    Skol
    Fente
    2015, created with Michel F. Côté
    Les danses à venir
  • Hélène Lefebvre
    Québec/Ontario
    Hélène Lefebvre vit à Ottawa et interroge dans sa pratique l’identité et l’altérité, tout en tissant des liens entre l’art, la culture et la société. Son récent travail se traduit par la performance, l’installation et la vidéo. Le corps en mouvement et l'écoute active du sensoriel (épicentre de l’action performative) soutiennent son intérêt depuis Les Moissons (2009). Sa pratique de la corporéité prend alors inspiration dans l’étude du ballet, de la danse contemporaine et du mouvement authentique dont l’improvisation est partie prenante. Cette recherche est axée sur l’enrichissement et la densification de l’attitude performative. C'est aussi un moyen de comprendre la nature du mouvement corporel qui fait partie de ses actions, souvent inscrites dans la durée. Le corps en performance agit comme prisme sensoriel afin d’être habité par ce qui l’entoure. Le mouvement du corps, dans le temps et dans l’espace, obéit au fonctionnement chiasmatique – l’entrecroisement des nerfs – qui régit la totalité du système sensoriel.
    La Centrale
    Una poétia necesaria
    2016
    Robert Cross
  • Didier Morelli
    Québec/États-Unis
    http://www.didiermorelli.com
    Étant né et ayant grandi au Québec, Didier Morelli vit actuellement à New York. En combinant pratique et recherche à travers des actions et des analyses, son travail se concentre sur la relation entre la performance et le flux régulier des environnements bâtis et naturels. Il explore ainsi le potentiel du geste et des interactions corporelles pour engendrer de nouvelles subjectivités spatiales, développant des actions qui nuisent aux économies de mouvement qui dictent la circulation et le comportement des corps dans des contextes particuliers. Morelli s’est produit à la Performance Arcade de Wellington en Nouvelle-Zélande (2013), au 7a*11d International Festival of Performance à Toronto (2014), au Mary & Leigh Block Museum de l'Université Northwestern à Chicago (2016) et plus récemment à la biennale de performance de Buenos Aires en Argentine (2017). Doctorant en études de la performance à la Northwestern University de Chicago, Morelli étudie à travers ses recherches la relation entre le corps de l'artiste et l'infrastructure des villes de Los Angeles et de New York entre 1970 et 1985.
    Centre d'art et de diffusion CLARK
    Erase Everything Geoff Hendricks (1964)
    2016
    Courtesy Block Museum of Art, Copyright Sean Su Photography
  • François Morelli
    Québec
    http://www.morf.concordia.ca
    François Morelli vit et travaille à Montréal. En 1983 il obtient un MFA de l’université Rutgers à New Brusnwick au New Jersey. Il est chargé de cours de 1982 à 1990 à New York, et dès son retour au Québec en 1991 il enseigne à l’université du Québec à Trois-Rivières. Il est professeur à l’Université Concordia depuis 1996. En 1993, il reçoit le prix d'Excellence de la Biennale de dessin et d'estampe d'Alma et, en 2007, le Prix Louis Comtois de la Ville de Montréal. Il poursuit une démarche polyvalente marquée par un questionnement soutenu quant au statut de l'objet à l'intérieur des processus de création et de la perception de l'œuvre. Il s'intéresse aux notions de passage, de circulation et de transformation. Il réalise ses premières performances dont earth walk en 1974. Depuis, ses actions interrogent la mobilité et les limites du corps à travers les espaces publics/privés. Titre de la performance: Tidal Walk/ Marche fluviale
    VIVA!
    Marche fluviale / Tidal Walk
    2015
    François Morelli
  • JP Mot
    Québec /États-Unis
    JP Mot (diminutif de Jean-Pierre Mot) est un artiste d'origine cambodgienne né à Montréal et vivant actuellement en exil chez Hermit & Tent à New York. Dans cette performance, Mot explore les règles d'engagement dans la figure d'un gangster corrompu. Il ne croit pas en la loi traditionnelle du guerrier qui promet la gloire à ceux qui s'« entraînent durement » en vue de « combattre facilement » (train hard, fight easy). Refusant de se plier à la moralité, à l'éthique ou à l'esprit sportif, il croit que seul les dupes qui subissent l'oppression du système peuvent croire en ces contes de fées institutionnalisés, qui associent travail acharné et projets de retraite. Se sentant quant à lui autorisé à mener l'existence hédoniste qui lui plait, JP Mot s'entraîne plutôt facilement et combat mesquinement (train easy, fight sleazy). Titre de la performance: Train easy, fight sleazy
    Verticale — centre d’artistes
    gym selfie
    2016
    JP Mot (autoportrait)
  • Sandrine Schaefer
    États-Unis
    http://www.SandrineSchaefer.com
    À travers sa pratique, Sandrine Schaefer offre des occasions de se rassembler et de partager des temps qui demeurent autrement inaccessibles. Adapté à chaque site qui l’accueille, son travail se présente souvent sous forme de performances de longue durée et à faible densité matérielle, qui attirent l'attention sur les éléments déjà présents dans l’espace. Elle cherche à interrompre les habitudes comportementales qui guident la réception des œuvres en démobilisant la vue comme principal médium pour y accéder. Elle s’appuie sur la durée et la répétition pour cultiver le va-et-vient des publics, récompensant les plus curieux. Sandrine est commissaire indépendante, co-fondatrice de The Present Tense Live Art Initiative and Archive et membre du groupe d'artistes expérimentaux Mobius. Au sein de ces collectifs, ainsi que de manière indépendante, elle a exposé le travail de centaines d'artistes du monde entier dont la pratique s’appuie sur l’action directe. Ses écrits sur l'art contemporain ont été inclus dans de multiples publications internationales et elle enseigne les pratiques axées sur le temps dans diverses universités du Massachusetts. Titre de la performance: Pace Investigations No. 7
    VIVA!
    Pace Investigations No. 4
    2016
    Daniel DeLuca
  • Adrian Stimson
    Territoire Siksika (Alberta)
    http://adrianstimson.com/
    Adrian Stimson est membre de la Nation Siksika (Blackfoot) du sud de l'Alberta. Il est artiste interdisciplinaire, commissaire et éducateur. Il a obtenu un BFA (avec distinction) du Alberta College of Art & Design et un MFA de l'Université de la Saskatchewan. Sa pratique touche à la peinture, l'installation, la photographie, la sculpture et la performance. En plus d’exposer régulièrement au Canada, Stimson participe de manière récurrente à Burning Man. Son travail été présenté dans le numéro d'été de Canadian Art en 2007: « Buffalo Boy at Burning Man » et dans le numéro de printemps du magazine FUSE en 2009: «Buffalo Boy Then and Now ». Adrian a reçu le prix des arts visuels de Blackfoot en 2009, la médaille du jubilé d'or de la reine Elizabeth II en 2003 et la médaille du centenaire de l'Alberta en 2005 pour son activisme en matière de droits de la personne et de diversité dans diverses communautés. Titre de la performace: Le 150e s’essouffle : La petite mort // 150 BLOWS!
    articule
    150 BLOWS!
    2017
    Jennifer Garrett
  • Mégane Voghell
    Québec /États-Unis
    www.meganevoghell.info
    Mégane Voghell est formée en manipulation d’images et en arts visuels. Elle vit et travaille à Montréal. Sa production artistique considère et remanie les mythologies derrière l’imagerie contemporaine dans un contexte d’économie de l’attention, d’autoconception, de magie et d’interconnexion. Elle a participé à différentes entreprises artistiques (Academy of Art Video Art, Interfold Magazine) et agi à titre de co-commissaire pour Sans feu ni lieu; Sans foi ni loi (Studio XX & Width : 700px, 2014). Son travail a été présenté dans diverses projections et expositions incluant harbinger (Eastern Bloc, 2015), Field Tasting (Eastern Bloc, 2015), au FME à Rouyn-Noranda (Centre l’Écart, 2015), sous forme d’exposition solo au centre artistique Le Lobe à Chicoutimi (2016) et plus récemment au festival Mirage à Lyon (2017).
    VIVA!
    how to remove a lady from its flesh
    2016
    Oeuvre numérique
  • Sonja Zlatanova
    Macédoine /Québec
    http://zlatanovasonja.tumblr.com
    Née en Macédoine, Sonja Zlatanova a vécu en Suisse, en France et en Allemagne avant de s’installer à Montréal en 2012. Après plus de 15 ans de parcours autodidacte en peinture et sculpture, elle intègre l’École Nationale Supérieure d’Art de Paris-Cergy et y obtient sa maitrise en arts plastique et photographie. Son travail artistique explore les états émotifs, les présences physiques, les révoltes et les résiliences lorsque les individus – particulièrement les femmes – sont confrontés à ou en relation avec un certain dés-ordre social. Dans ses explorations formelles et conceptuelles, le corps, la chair, la sensualité et la dis-torsion sont centraux. Depuis plusieurs années, Zlatanova crée des installations culinaires performatives qui interrogent notre rapport à la nourriture en société.. Dans le cadre de ses performances, elle explore une gestuelle qui évoque les questions d'identité-altérité, ainsi que la notion de perte et de territoire, toujours en lien avec le corps des femmes. Son travail a été présenté dans des expositions individuelles et collectives en Europe, en ex-Yougoslavie et à Istanbul.
    VIVA!
    Tomato
    2017
    Sonja Zlatanova
  • Isil Sol Vil x Marina Barsy Janer
    Espagne & Puerto Rico
    www.marinaxisil.com
    Marina Barsy Janer (née en 1988 à Porto Rico) et Isil Sol Vil (né à 1982 en Catalogne) sont artistes, commissaires et chercheur.e.s. Ils dirigent le festival international de performance EMPREMTA et coordonnent le centre culturel MATERIC.ORG. Adoptant une philosophie de l’Am0ur Subversif et du Soin eXtrême, leur collaboration a débuté en 2015. Leur pratique pousse la mimèsis corporelle à l'eXtrême, explorant des sensibilités alternatives qui remettent en question les chronologies historiques imposées, tout en supprimant la dichotomie masculin/féminin. Leurs performances expriment un besoin d'établir une connexion unique et un rythme corporel qui repose sur une écoute pure. Leur point commun – un point de fuite – est une pulsation constante où la présence plurielle du corps, la destruction des frontières personnelles et la décolonisation du corps et de l'esprit se traduisent par des actes de rébellion et de subversion. Leur travail a été présenté dans des galeries, des musées, des universités, des symposia, des festivals et des espaces urbains en Catalogne, en Espagne, à Chypre, au Royaume-Uni, en Allemagne, en Grèce, en Colombie, en Argentine et au Pérou.
    DARE-DARE
    60.5
    2016
    Carlus Camps