les blogueurs blogueront jusqu’à la fin des temps – mes pneus, fuck that – toujours en retard partout – pardon – super namedroping – l’engagement – le désengagement

Maude Veilleux
10 octobre

ok, ça commence. mettez-vous de la musique. lisez super vite, sans trop respirer

je prends la piste cyclable près du canal
j’arrive en retard pour la perf de john court
juste des enfants dans la cour d’école
je manque de foncer dans adriana disman au coin rose-de-lima et notre-dame ?
est-ce vraiment elle? je ne la connais pas vraiment. je l’ai juste vu en photo
je me pète le clit sur ma barre de bécyque. je sacre contre une voiture
je descends rose-de-lima
j’adore répéter rose-de-lima dans ma tête
j’ai très hâte d’entendre luckhurst-cartier à ce sujet
luckhurst, je te stoole
ce n’est pas facile de bloguer et de faire du vélo. il faut avoir une bonne mémoire
je barre mon vélo
j’entre
je discute avec fortner, il a l’air en forme. il mange un pain avec de la confiture. on se dit que c’est ardu de produire des textes en peu de temps. j’ai l’impression que je serais meilleure la semaine prochaine et encore meilleure le mois prochain
je vois nadège. elle est très belle. j’aimerais ne pas le mentionner parce que c’est plate de toujours dire ça des femmes, mais bon je le fais quand même
je me prends un café. je le bois noir
les gens s’organisent autour de l’espace de conférence
art is facing fire : désobéissance féministe et décoloniale dans la performance publique engagée face au conflit russo-ukrainien en 2014
alexis bellavance marche avec une cigarette sur l’oreille
je reçois un message de guillaume adjutor provost. il me demande si je suis déjà à viva je dis oui il dit oh, ok, je m’en va farmer ma yeule pour te laisser écouter la yeule de kekun d’autre
tout le monde mange du pain et de la confiture
mon besoin de sucre kick in
blogueuse franglais
non, pas tellement. il n’existe pas vraiment de scène féministe en russie
comment voit-elle aujourd’hui cette situation de l’opposition entre l’ukraine et la russie
comment elle se définie face à ce tournant
je n’arrive pas à noter
ça va trop vite
victoria lomasko, l’éducation impériale mène à la guerre
sylvie cotton organise ses bandeaux sur la table du fond
je flanche pour le pain
je mets de la confiture partout
maria kulikovska
sculpture performée minimaliste
http://www.mariakulikovska.com/254/
quelqu’un tousse
dany gaudreault arrive. il fait la bise à la femme assise à ma table
je voudrais encore plus de sucre
il est dix-sept heures
lomasko white cube
contexte politique autour resserre le cadre
espace pur agit comme un espace aseptisé de tout ce contexte
https://www.facebook.com/photo.php?fbid=939403822774955&set=pcb.939404649441539&type=3&theater<
je me dis que mon projet n’est pas vraiment la meilleure façon de rendre compte d’une conférence
je pense que j’écrirais mieux si j’avais bu du vin. je regarde le bar. pas de bartender
une barre tendre. je suis déjà fatiguée. je me fais des blagues connes à moi-même
quelqu’un se place devant moi. je ne vois plus les supports visuels
sandra johnston entre. sa présence est incroyable. je suis impressionnée
la personne change de place
boryana rossa prend la parole
socialism
des photos d’une jeune angela merkel nue avec ses chums de filles
et
an image of a person living in real capitalism
un homme qui danse sous une pluie de billets
une des filles de la cuisine mange un suçon
poutine et merkel sont de bons potes
je me mouche
fortner se coupe une tranche de pain
je suis stressée. j’ai trop bu de café
https://www.google.ca/search?q=boryana+rossa&espv=2&biw=1280&bih=702&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=0CAYQ_AUoAWoVChMI2uqu_JK2yAIVgTI-Ch07lgb7
la conférence se termine
tout le monde capote
ça bouge
je n’ai pas le choix d’écrire ce texte au je parce que je suis engagée dans ma posture de blogueuse
je suis blogueuse
mon téléphone me rappelle la façon la plus facile pour rentrer à la maison
je ne viens pas souvent dans l’ouest. je pense qu’il se demande ce que je fais là. il fait ça, mon téléphone. il fait des choses pour moi sans me demander la permission. il fait des gifs animés avec mes photos de chat
larose m’explique comment gérer mes sauts de lignes en html. un gros merci
nadège vient me voir. elle me demande où est la caisse desjardins. je lui dis de prendre rose-de-lima
je change de place pour laisser l’espace à sylvie
on lave des verres à la cuisine
alexis arrange ses éclairages
sylvie place ses bandeaux sur un socle
on me demande if the show is starting soon
je dis oui
j’ai déjà écrit six cent cinquante sept six cent soixante quatre-cinq mots
j’ai déjà faim
je sais que je n’arriverais pas à régler mes problèmes de répétitions de mots
vous allez les lire
on ramasse mon verre. c’est ben correct
sylvie me sourit
ca va commencer soon
les techniciens sont à leur poste
la caméra, le photographe aussi
sylvie attache un bandeau sur le bras de christian bujold
mais c’est pas commencé encore
un autre sur le bras d’arkadi lavoie lachapelle
elle en attache sur des bras que je ne connais pas encore, je ferai mes recherches
sur martine viale
toujours le bras droit
et ce n’est pas commencé encore
michelle lacombe
tout le monde se placent en rond
sylvie claque avec ses bouts de bois et se met un bandeau sur les yeux
elle nous demande si on l’entend
elle se présente
l’exploration d’être à l’aveugle ensemble
chorégraphie de l’intuition
se mettre un bandeau
circuler dans l’espace
ou rester dans un coin
le faire à son rythme
ceux qui ont des bandeaux sur les bras sont responsables
manon et fanny
ils seront un contenant, traduction libre de ma part
je me demande si j’y vais
il sera très difficile d’écrire en même temps
je me permets un break
je me bande les yeux
je marche en rond avec les autres
on se cogne
on continue
j’essaie de m’isoler
je ne veux pas être touché par des gens que je ne vois pas
je pense que les autres sont dans le partage et le plaisir
je les entends rire
parfois, je ris
son de claque
j’enlève mon bandeau
sylvie est couchée par terre
un homme est assis à côté d’elle
nous sommes autour, un peu confus
je reprends mon poste devant l’ordinateur
je regarde le bar
j’y vais
de plus en plus de gens mangent des suçons
je parle avec janick burn
emmanuelle duret est assise avec un plat de curry
la file est longue à la cuisine
je pense à un poème de nathalie thibault

J’ai soif

Mon petit cœur
a le ventre vide

La queue est longue
au supermarket
de l’amour

j’ai très faim
je prends la dernière assiette végé
je mange mon curry
michelle parle du gradin
c’était son rêve
les planches étaient un arbre et après ‘sont devenues un gradin
elle le dit mieux que ça, mais j’oublie au fur et à mesure
il faut juste rêver et ça arrive
je me pique une écharde dans le doigt
emmanuelle ramasse mon assiette, merci
les perfs ne sont pas commencées et j’ai écrit plus de mille mots
je pense à mes pneus
ils seront dégonflés, j’irai au poste à gaz
ça va couter une piasse pour les gonfler
le garçon de chris lloyd nous fait un spectacle
doyon/demers mangent chacun un suçon rouge
je vais aux toilettes
je vais prendre la creepy
un garçon fait la file
il mange un suçon orange
je prends la creepy
je sors. je me prends un suçon mauve
je m’assois près de la table d’Inter
steven girard dit un pas-pourri des textes de richard martel
il m’épèle pas-pourri
luckhurst vient me voir me voir. il me dit que l’année prochaine, il devrait y avoir des blogueurs pour bloguer sur les blogueurs
j’imagine quelqu’un assis à mes côtés qui écrit la même chose que moi
je suis perdue dans le document
à partir de maintenant il n’y aura peut-être plus de constance quant à l’italique
les gens entourent un espace de perf imaginaire
ils ont décidé que ça se passerait là
ils regardent l’enfant de chris lloyd
il est huit heures moins deux
la file des cocktails est longue
dany me demande s’il devrait aller aux toilettes encore
il a le transit stressé
je lui dit que je le mettrai dans le blogue parce que je n’ai pas le choix
il rit. il dit qu’il s’assume
je skipe la file des cocktails pour me prendre du vin
mon suçon tire à sa fin
je fixe le vide pendant un moment. je commence à être épuisée
je me cherche une place pour bien voir la perf
je mets mon ordi par terre pour aller chercher mon verre de vin resté sur la table de vente
quand je reviens il est toujours là
je m’inquiète de ne pas respecter le gender des gens
je tente d’utiliser une forme neutre, mais je n’y arrive peut-être pas
michelle prend le micro
elle dit que des vidéos de john court sont sur le facebook de viva

victoria gray
dany gaudreault
boryana rossa
vivez l’expérience live

noir
les néons s’allument
bourdonnement de néons
victoria gray
corps incroyable
son dos
sa cage thoracique
le sol
chorégraphie lente
je me demande comment traduire l’émotion de cette perf
la tension
je n’y arriverai pas
je vais m’assoir avec hugo et jacqueline
les gens parlent de la performance
ils sont touchés
mon téléphone me dit qu’il fait huit degrés
je pense à la performeuse
j’ai encore les fesses gelées d’être restée assise sur le béton
je vois dany sur la mezzanine
il s’étire
il a mis un t-shirt blanc
toujours plus de gens avec des suçons
le sucre est une drogue
dany gaudreault arrive
on s’approche de lui
on se colle
je trouve qu’il y a une narration dans son travail
je vois l’histoire d’un cowboy qui a une mauvaise relation avec son père
il a un très beau couteau
je monte sur la mezzanine
je regarde les gens en bas
quelqu’un mange une pomme sous les spotlights
boryana rossa
un trenchcoat or
elle lit
a piece of paper out of her vagina
un boutte de papier dans le vagin
en fait pas un boutte, un pas pire long papier
carolee schneemann http://www.caroleeschneemann.com/works.html
plusieurs versions de ce qu’elle lisait
offensive words
des méchants mots
poetry
poésie
vertical smile
sourire vertical
cinquante-huit mots pour représenter le vagin
je pense à mon clit cassé et la douleur remonte
white straight boy texting
un site web
voici le lien : http://straightwhiteboystexting.tumblr.com/
elle dit souvent
and then j’adore ça
a message from me to my vagina
a message from my vagina to me
elle sort le papier de son vagin
love me tender, je pense
on se fait la bise on se dit à demain on se dit que c’est l’fun de se dire à demain
hugo me dit qu’il a aimé la fin de la perf de dany
je me mouche
je marche vers mon vélo
mes pneus sont dégonflés
je rentre chez moi
mon chat m’attend
je lui donne de la bouffe
j’ouvre un document word
je tape pendant un bon bout
je me dit que je ferai le reste après avoir dormi
je me couche