Teresa Maria Diaz Nerio (NLD)

Teresa María Díaz Nerio, d’origine dominicaine est une artiste visuelle et de performance ainsi qu’une chercheuse. Elle vit actuellement à Amsterdam. Elle a obtenu un baccalauréat en arts visuels à la Gerrit Rietveld Academie (2007) et a reçu sa maîtrise en beaux-arts du Dutch Art Institute (2009). Son sujet de recherche porte sur l’histoire des invasions coloniales et néocoloniales dans l’hémisphère sud, contestant les notions hégémoniques eurocentriques  sur le “qui est qui” et “quoi est quoi”.

La performance « Hommage à Sara Bartman » (2007) éclaire la vie, la mort et l’après-vie d’une femme khoisan d’Afrique du Sud. Au début du XIXe siècle, Sara Bartman fut montrée en Angleterre et à Paris,  comme un “monstre de foire” par l’industrie du divertissement populaire, par les ménageries, par les théâtres et par les parcs d’attractions. Les biologistes ont été fascinés par les organes génitaux de la femme khoisan, surtout par ses lèvres « tablier » ou allongées ainsi que ses larges fesses ou stéatopygie. Ce fut  l’une des raisons pour laquelle  Sara Bartman a été gardée comme un objet au Musée de l’homme à Paris sous le nom emblématique de « Vénus hottentote ». Jusque dans les années ’70, un moulage de son squelette, de son cerveau et de ses organes génitaux y furent exposés. Les manifestations féministes contre son exposition ont réussi à mettre fin à cette abomination. En 1995, Nelson Mandela a demandé le rapatriement de sa dépouille et enfin elle a trouvé la paix en 2003.

www.teresadiaznerio.wordpress.com

Présenté par La Centrale